Mémo Debian & VDR
Sur le Web

le blog de cep

Le blog de cep


Articles les plus récents

Bye

mardi 29 novembre 2011 par cep — Général


suppression de sun-java6

jeudi 27 octobre 2011 par cep — Général, debian, linux

Comme précisé sur ce rapport de bug #646524 le paquet sun-java6 a été supprimé des dépôts suite à la découverte de problèmes de sécurité et à l’impossibilité d’incorporer les nouvelles versions de Java après l’arrêt du projet Operating System Distributor License for Java (DLJ) par Oracle. DLJ permettait en effet aux distributions Linux d’incorporer Java sous forme de paquets.

Pour éviter tous problèmes de dépendances lors des futures installations et mises à jour il convient donc de désinstaller dès à présent les paquets Java et de les remplacer ( si ce n’était pas déjà le cas) par les versions libres OpenJdk comme par exemple  openjdk-7-jre. Pour ceux qui ne peuvent faire autrement il est toujours possible d’installer la plateforme Java en la récupérant sur le site Oracle.
cep


hostname changeant

mercredi 19 octobre 2011 par cep — Général, debian

Après une absence de cinq mois beaucoup de mises à jour s’imposent sur ma Debian Sid comme sur mes Debian testing.

Dans le lot des modifications apportées aux paquets installés un seul problème est apparu, une instabilité du hostname, qui était changé lors des renouvellements de bail de l’adresse IP interne. Cela empêchait de lancer quelque programme que ce soit depuis l’interface graphique, la seule solution possible était d’utiliser une session en console.

Quelques recherches sur les bugs ouverts n’ont rien donné de bien concluant, mise à part peut-être le bug #632716 http://bugs.debian.org/cgi-bin/bugreport.cgi?bug=632716 portant sur isc-dhcp-client, mais à priori les ressemblances portent uniquement sur les conséquences.

En ce qui me concerne, j’utilise /etc/dhcp/dhclient.conf pour fixer les dns d’opendns et y avais ajouté la ligne suivante :

# fixer dns opendns
prepend domain-name-servers 208.67.222.222,208.67.220.220,192.168.1.1;

Pour résoudre mon problème de hostname changeant j’ai ajouté dans ce même fichier :

# fixer hostname
send host-name “sinbad”;
supersede host-name “sinbad”;

et depuis tout est rentré dans l’ordre. Je précise aussi que je n’utilise pas network-manager. À ce jour je n’ai pas constaté de problème sur mes Debian testing.

cep


Blogs libres, Forme, Licences.

mercredi 18 mai 2011 par cep — Général, linux, Planet

Comment gérer au mieux un blog dédié au libre et sous quelle licence.
Je lisais l’autre jour le nouveau calepin de Christophe Gallaire, il y expose ses réflexions sur la présentation de son blog, elles rejoignent en partie mes interrogations du moment concernant la blogosphère du Libre en général.

Christophe a modifié le moteur de son site car : ” je suis resté très attaché, dans l’esprit au moins, aux tous premiers journaux en ligne dont je veux retrouver la simplicité tout en conservant à cette structure cassée du blog son organisation ouverte et infiniment recomposable, au moins potentiellement.” écrit-il, et plus loin ” J’ai donc procédé à un changement assez radical : plus d’outil de publication directement accessible en ligne mais des fichiers statiques avec un historique, façon premiers blogs.”

Je comprends parfaitement les raisons de Christophe étant moi-même allergique à ces Wordpress, Dotclear et autres moteurs à la chaîne. Pour autant j’ai une aversion encore plus grande pour le langage php, pour le html et le css, et n’ai jamais été très motivé à mettre les mains dans ce cambouis-là. Écrire un texte et le barder de li, ul, div, pre et autres balises est pour moi une torture, comparé à la facilité de rédiger à partir de nano, gedit ou autre et faire un copier coller ensuite. Pourtant je suis admiratif du travail réalisé par exemple par tellmewhy comme on peut le voir dans son article sur Grub-pc, le tout en statique, où chaque élément est traité et mis en évidence suivant des codes précis, définis, personnalisés, structurés pour une lecture facilitée, pour se concentrer sur le principal et sans fioritures inutiles, sans pièges javascript. Au vu de cela je me dis que seules les pages statiques sont propices à la présentation de documentations sérieuses. Et les exemples sont nombreux sur le web. Le contraire aussi d’ailleurs, où l’on trouve des tutos de piètre qualité mais bardés d’images, de flash et autres bling bling.

Oui mais voilà, le statique ne permet pas aussi facilement tout ce qui est rendu possible par les formules php, les moteurs de rendu pré construits. Difficile d’intégrer sur une simple page html ou txt la syndication, les commentaires, sans un minimum de connaissances. Je ne suis pas un inconditionnel des commentaires, en six ans j’ai du en approuver à peu près 20% de tout ce qui m’a été soumis mais parfois ce peut être un plus pour un tuto, voir même une garantie, une sécurité pour les lecteurs car certaines erreurs peuvent y être corrigées. Concernant la syndication aussi tout dépend de comment elle est utilisée, car multiplier sur tous les Planets et réseaux sociaux  et cela en x exemplaires l’annonce de la sortie de son petit billet est plus ridicule que bénéfique au Libre.

Donc, pour ces raisons, et à moins d’avoir d’excellentes connaissances dans les systèmes de publication web ” à l’ancienne ” les Wordpress, Dotclear permettent tout de même une ” démocratisation ” de la publication, non pas que les systèmes plus ” artisanaux ” soient réservés à une élite mais surtout parce que tout le monde n’a pas le goût pour ces chaînes de construction et peut préférer le tout fait malgré ses imperfections. Mais oui, aller vers des systèmes ” à l’ancienne ” est probablement un progrès.

Une autre de mes interrogations du moment porte sur les licences utilisées sur nos blogs. Jusqu’à très récemment j’utilisais la licence Creative Commun BY-NC-SA. Lors de la mise en ligne de l’article de tellmewhy sur le code d’amorçage de Grub nous avons abordé ce sujet car il souhaitait placer son étude sous licence GNU Free Documentation. Je lui écrivais alors mon attachement au côté restrictif NonCommercial de la licence Creative Commun BY-NC-SA, ayant eu dans le passé quelques agacements à trouver certains de mes passages repris par pans entiers dans des publications commerciales, cela sans même que les sources soient citées, et sans parler d’autres “emprunts”. Tellmewhy me répondait comprendre mes hésitations mais ” J’aimerais quand à moi rester fidèle à l’esprit de cette licence GFDL, et ignorer ceux qui la pervertissent.” écrivait-il. Et, au final, j’ai trouvé qu’il avait parfaitement raison. Peu importent les quelques profiteurs, il est bien plus important à notre toute petite échelle de nous tenir à un principe de liberté sans se préoccuper de parasites éventuels. D’ailleurs toutes ces années je n’ai jamais rien entrepris pour faire valoir si nécessaire mes ” droits d’auteur ” lorsque, par hasard, je tombais sur des cas de copie malgré moi, jugeant que cela n’en valait vraiment pas la peine.

Mais, pour aller plus loin, peut-on sérieusement parler de droits d’auteur lorsque nous faisons des tutos ? de facto nous empruntons une grande partie de nos lignes aux pages man, aux sources des programmes, aux codes même de ces programmes. Au final nous faisons essentiellement de la mise en page portant sur des éléments écrits par ailleurs. Alors, où est la création propre ? où est l’œuvre de l’esprit ? toutes suites de mots à partir du moment ou elles ont été mises bout à bout deviendraient-elles une œuvre de l’esprit nécessitant une reconnaissance définitive ? Foutaise. Et quand bien même si nos écrits rentraient dans le cadre du ” droit d’auteur “, à partir du moment où nos motivations sont dictées par le partage de la connaissance, la libre circulation de cette même connaissance, pourquoi ne pas élargir encore les droits des lecteurs, des utilisateurs ? Certes, la licence Creative Common permet de ” reproduire, distribuer, modifier et communiquer l’œuvre “, mais il y a toujours un particulier ou un petit groupe qui reste propriétaire des droits, alors même qu’il s’agit de culture, de connaissance, de bien commun de tous.

Alors que je me posais ces questions sur le droit d’auteur j’ai eu l’occasion de lire ” Culture libre ” de Lauwrence Lessig, de même que le pdf publié par Framasoft portant sur les écrits de Joost Smiers et Marieke van Schijndel, ” Un monde sans copyright “ .  Concernant ce dernier, pour qui est pressé il serait bon de lire au minimum l’introduction et la conclusion.

Mon propos ici n’est pas de faire un résumé ou une critique de ces deux livres, ils couvrent des sujets bien plus vastes que ceux abordés dans ce billet, et comme je n’aime ni les raccourcis ni les slogans, je pense que pour qui s’intéresse un tant soit peu à ces sujets il est intéressant de lire ces auteurs (parmi d’autres), tellement les questions qu’ils posent sont nombreuses tout comme les diverses pistes de réponses. Même si je trouve parfois son approche un peu timorée et conservatrice, je citerai juste un passage du livre de Laurence Lessig : ” Une culture libre, comme un marché libre, est pleine de propriété. Elle est pleine de règles de propriété et de contrats, que les pouvoirs publics doivent faire respecter. Mais tout comme un marché libre est perverti quand sa propriété devient féodale, une culture libre peut être dévoyée par un extrémisme des règles de propriété qui la régissent. “.

Partant de là, je me dis que même -et surtout- pour un simple blog traitant principalement de logiciels libres il est possible d’en simplifier la licence afin de ne pas tomber dans une certaine forme ” d’extrémisme des règles de propriété ” qui l’entourent. J’ai donc décidé de passer le blog essentiellement sous licence Creative Commons — Zéro, Public Domain Dedication, qui précise : ” La personne qui a associé une œuvre à cet acte a transféré l’œuvre au domaine public en renonçant dans le monde entier à tous ses droits sur l’œuvre selon les lois sur le droit d’auteur, y compris les droits affiliés et connexes, aussi loin que le permet la loi. Vous pouvez copier, modifier, distribuer et jouer l’œuvre, même à des fins commerciales, sans avoir besoin d’une permission.”. Versons donc dans le domaine public puisque ce que nous voulons avant tout c’est le partage le plus vaste possible des connaissances.

Juste un dernier point. Dans l’avenir ce partage des connaissances se fera de plus en plus grâce au numérique, à l’internet, et donc aux logiciels d’échanges, de lecture.  Paul Krugman, Prix Nobel d’économie en 2008 écrivait dans le New York Times : “Octet par octet, tout ce qui peut être numérisé sera numérisé, rendant la propriété intellectuelle toujours plus facile à copier et toujours plus difficile à vendre au-delà d’un prix symbolique. Et nous devrons trouver les modèles d’entreprises et les modèles économiques qui prennent cette réalité en compte.” À cela j’ajouterai qu’il faudra veiller à ce que tout ce qui aura été numérisé puisse toujours être consulté au moyen de logiciels libres et de préférence gratuits.  Au delà du prix symbolique, le gratuit aussi a son importance et n’est pas honteux.

cep


Le code d’amorçage de GRUB-PC

lundi 16 mai 2011 par cep — Général, debian, linux, tellmewhy

Le code d’amorçage de GRUB-PC

Copyright (C) 2011 tellmewhy sous licence GNU Free Documentation http://www.gnu.org/licenses/fdl.html

Introduction

Chaque distribution Linux adapte le code de Grub à ses besoins particuliers. La plupart du temps il s’agit d’infimes modifications. Cependant il n’est pas possible d’écrire un article pour chacune d’elles. Cet article commente donc le code d’amorce de Grub 1.98 pour une Debian Squeeze.

La table des partitions dont je me suis servi est une table msdos mais il en existe bien d’autres. Les tables de partitions GPT sont particulièrement intéressantes et nous ouvrent de nouvelles perspectives.

Lire la suite . . .


Firefox / Chrome et occupation mémoire

jeudi 5 mai 2011 par cep — Général, linux, découvertes

Firefox a fait de gros progrès sur l’occupation de la ram. On trouve cependant encore des postes dans lesquels certains se plaignent de sa lourdeur.

Pour surveiller pratiquement en continu l’usage de la mémoire, et cela tout aussi bien avec Firefox qu’avec Chrome/Chromium il suffit d’ouvrir un onglet et d’y entrer la commande about:memory, s’affichera alors en détail l’occupation ram, et cela pour chaque onglet, pour chaque partie, plugins, etc. etc. Il suffira de recharger l’onglet pour avoir une surveillance en continu et voir éventuellement ce qui charge anormalement la mémoire.

Pour en apprendre plus sur l’usage de la ram par Firefox et les points à surveiller, voir :
http://kb.mozillazine.org/Memory_Leak
http://support.mozilla.com/en-US/kb/High%20memory%20usage

cep


iPhoneTracker

jeudi 21 avril 2011 par cep — Général, découvertes

Ce n’est plus un secret pour personne, iPhones et iPad incorporent un système permettant de récupérer, dans un fichier  facilement consultable nommé consolidated.db, les déplacements de leurs propriétaires. Ces fichiers recèlent les positions géographiques, latitudes et longitudes, ainsi que les horaires de passages.   Ce système de géolocalisation ne serait pas désactivable. Du moins pour le moment.

Le fait a été révélé par  Alasdair Allan, étudiant en astronomie, et Pete Warden, ancien ingénieur chez Apple. Plus de détails sur le site radar.oreilly.com.

Alasdair Allan et Pete Warden ont créé un programme open-source qui utilise  OpenStreetMap et OpenHeatMap pour visualiser les données conservées. Le programme peut être téléchargé sur
https://github.com/petewarden/iPhoneTracker.

Pour son utilisation voir http://petewarden.github.com/iPhoneTracker/ ainsi que la Faq. Je ne possède ni iPhone ni iPad pour tester ce programme, ni d’ailleurs aucun matériel Apple.

Apple n’est pas le seul à conserver les données de déplacement de ses clients, mais le problème ici est que les données sont facilement consultables, et cela par de nombreuses personnes sans aucune précaution, ni sur le plan juridique ni sur les bases de la protection de vie privée. De ce fait, suivant vos activités et les pays ou régions que vous traversez, n’oubliez pas au besoin de supprimer ou vider ces fichiers.

Gageons tout de même que sous la pression Apple ne tardera pas à désactiver ce système.

Et, petit rappel en passant, R. Stallman n’avait pas tout à fait tort en déclarant avec une pointe de provocation : «Les téléphones cellulaires sont le rêve de Staline».

cep


ls sl joke mobile

jeudi 21 avril 2011 par cep — Général, debian, linux, découvertes

S’il vous arrive souvent de taper dans votre terminal la commande sl en lieu et place de ls vous avez certainement configuré votre .bashrc ou autre fichier de configuration avec un alias du genre :
alias sl=’ls’

Il existe une autre solution, un joke qui vous permettra de regarder passer le train en pensant à la vache de l’apt-get cow. Il suffit d’installer le paquet sl et, si vous inscrivez sl ou bien LS dans votre terminal, le train de l’Art ASCII traversera votre paysage. Il ne vous restera plus qu’à sonoriser le tout.

cep

p.s. histoire de terminer sur une commande plus sérieuse, et comme un private joke pour tellmewhy l’inconditionnel de awk, voici comment afficher le nom officiel de l’user connecté :

awk -F : -v user=$USER '$1 == user {printf("%s",substr($5,1,length($5)-3))}' /etc/passwdRemplacer $USER par un autre login pour un utilisateur non connecté. Ou utiliser sed :

awk -F : -v user=$USER '$1 == user { print $5 }' /etc/passwd|sed  's/,//g'

s’il y a un problème sur le décompte des , , , après le nom.


sudoers de tous les dangers et autres fantasmes

jeudi 14 avril 2011 par cep — Général, linux

Pour autoriser l’utilisateur ray à lancer les commandes /bin/kill, /bin/ls, et /usr/bin/lprm avec les droits root sur la machine rushmore sans avoir besoin de s’authentifier, il faudra ajouter la ligne :

ray    rushmore = NOPASSWD: /bin/kill, /bin/ls, /usr/bin/lprm

dans le fichier /etc/sudoers.

Cette possibilité de configuration de sudo est tout simplement extraite de la page man de sudoers. Mais attention, ne postez surtout pas ceci sur le forum debian-fr.org, vous seriez aussitôt censuré par un petit groupe d’admins incompétents et bornés. Pire, vous seriez accusé de sabotage et, écrit en rouge, de porter atteinte à la bonne réputation de “leur” os.

Autre chose, ne dites pas que vous utilisez Ubuntu ou d’autres distributions que Debian, vous seriez catalogué de fumiste et d’incompétent par un tout petit groupe d’admins, modos, ou membres à l’esprit étriqué. Ces mêmes personnes qui gèrent leur Sid en se basant essentiellement sur apt-listbugs, smxi, ou autres, se croient investies du rôle de gardien d’un temple imaginaire au point de rendre l’atmosphère de ce forum parfois irrespirable.

Je caricature ? j’exagère ? un tout petit peu. Mais allez vous rendre compte par vous même, comme çà, en passant, vous vous ferez vite une idée.

Et, bien sûr, tous les admins, modos, ou membres de ce forum ne sont pas à classer dans le même moule. Il y a parmi eux des gens formidables, compétents, ouverts. Mais comme partout, un tout petit nombre au cerveau riquiqui et vulgaire suffit à gâcher le fonctionnement d’un ensemble.

Est-ce bien grave ? certainement pas. Mais en ce qui me concerne je ne peux tolérer aucune forme de censure imbécile, d’autant qu’il  s’agit là de connaissances basées sur les pages man. Il n’appartient à personne d’en restreindre leur circulation. Pour le reste chacun fait ce qu’il veut sur sa machine personnelle et aucun pseudo “modo” n’a à le brimer. L’utilisateur doit juste savoir qu’il est responsable de sa machine, y compris éventuellement civilement et pénalement suivant le cas. Accessoirement il nous appartient, entre autre, de former, éduquer, expliquer, mais jamais juger ni censurer.

cep


systemd

mercredi 13 avril 2011 par cep — Général, debian, linux, découvertes

Je me suis largement inspiré de http://wiki.debian.org/systemd pour réaliser ce billet.

Il a déjà été écrit et démontré que systemd, (system daemon) accélère le processus d’initialisation des scripts lancés au démarrage du système, nous n’y reviendrons donc pas. Juste les chiffres révélés par un grep sur /var/log/syslog :

~ # grep "Startup finished" /var/log/syslog
Apr 10 08:32:46 localhost systemd[1]:
Startup finished in 4s 789ms 806us (kernel) + 11s 758ms 375us (userspace) = 16s 548ms 181us.

et cela après entre autre les systemd-fsck :
systemd-fsck[567]: fsck.jfs version 1.1.12, 24-Aug-2007
systemd-fsck[567]: processing started: 4/10/2011 8.32.40
systemd-fsck[567]: The current device is:  /dev/sda4
systemd-fsck[567]: Block size in bytes:  4096
systemd-fsck[567]: Filesystem size in blocks:  6656934
systemd-fsck[567]: **Phase 0 - Replay Journal Log
systemd-fsck[567]: Filesystem is clean.

Jusqu’à présent j’utilisais seulement le “dependency based boot sequencing” et j’en étais pleinement satisfait, donc pas du tout motivé pour passer à systemd juste afin de gagner trois ou quatre secondes au boot. La prochaine généralisation du répertoire /run pour centraliser les données actuellement éparpillées dans de multiples dossiers différents, et les petits problèmes rencontrés par udev dernièrement, dont je parle dans le poste http://www.cepcasa.info/blog/?p=228 m’ont un peu plus motivé à installer systemd puisque les utilisateurs de cette méthode d’init n’étaient pas touchés par le fait que /run ne soit pas à un moment donné accessible en écriture. Ils seront probablement touchés par d’autres bugs, systemd étant toujours en développement, mais comme cela va dans le sens de l’histoire et que l’une de mes Debian Sid est plus particulièrement dédiée aux tests, j’ai décidé d’y installer systemd, mais en partie seulement comme on le verra plus loin. Pour rappel, systemd est un gestionnaire de services compatible avec SysV et les scripts d’initialisation conformes LSB, fournit la parallélisation, utilise les cgroups pour le suivi des processus, et est basé sur les dépendances des services. Voir aussi l’article sur Wikipedia. http://en.wikipedia.org/wiki/Systemd

L’installation en elle-même est très simple. Auparavant on peut vérifier que le noyau utilisé comporte les configurations nécessaires par la commande :
:~$ egrep "DEVTMPFS=|CGROUPS=|AUTOFS4_FS=|CONFIG_IPV6=|FANOTIFY=" /boot/config-`uname -r`
CONFIG_CGROUPS=y
CONFIG_IPV6=y
CONFIG_DEVTMPFS=y
CONFIG_FANOTIFY=y
CONFIG_AUTOFS4_FS=m

Pour un noyau Debian supérieur à 2.6.37 il ne doit pas y avoir de problème.

Si on utilise aptitude, l’installation se fera par :
aptitude install systemd
qui ajoutera en dépendances libcryptsetup1 et libpam-systemd. On pourrait y adjoindre systemd-gui, une interface graphique dont je mettrai en fin d’article une capture d’écran, mais elle n’apporte pas grand chose par rapport à la souplesse de la ligne de commande avec systemctl et compagnie. À noter surtout que je n’installe pas le paquet systemd-sysv car cela casserait totalement sysvinit, considéré comme un paquet essentiel et entrainerait trop de problèmes pour le moment, comme expliqué sur la page systemd du wiki officiel Debian.

Donc, comme recommandé, je me contenterai de lancer systemd par ajout de la commande init=/bin/systemd sur la ligne du kernel dans grub. Pour cela on édite /etc/default/grub et on modifie la ligne GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT pour au final avoir :
GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT=”quiet init=/bin/systemd”
suivi de la commande update-grub pour mettre à jour le fichier de configuration de grub. Après reboot au besoin utiliser
cat /proc/cmdline
pour vérifier que le paramètre a bien été pris en compte.

Avant de redémarrer ne pas oublier de faire un lien entre /proc/self/mounts et /etc/mtab. Je l’avais oublié, ce qui a donné le message d’erreurs :
[    4.776690] systemd[1]: /etc/mtab is not a symlink or not pointing to /proc/self/mounts.
This is not supported anymore. Please make sure to replace this file by a symlink to avoid
incorrect or misleading mount(8) output.

Donc après installation il faudra penser à créer le lien symbolique en détruisant le fichier de destination existant par la commande :

:~# ln -sf /proc/self/mounts /etc/mtab

Utilisation :
On peut déjà voir comment systemd a géré l’init en utilisant simplement :
dmesg |grep systemd

Et pour la commande ps tenant compte de cgroup voir par exemple :
:~ $ ps xawf -eo pid,user,cgroup,args
PID USER     CGROUP                      COMMAND
2 root      9:blkio:/?8:net_cls:/?7:fr [kthreadd]
3 root      \_  9:blkio:/?8:net_cls:/?  \_ [ksoftirqd/0]
6 root      \_  9:blkio:/?8:net_cls:/?  \_ [migration/0]
. . . couic . . .

Certains scripts tels que portmap, nfs-common pourront générer des messages d’erreur du genre :
Breaking ordering cycle by deleting job xxx.service/start
Pour autant il ne devrait pas y avoir de problème pour l’utilisation des services. En ce qui me concerne ni portmap ni nfs-common ne sont installés.

Pour avoir une vue d’ensemble de systemd et des services, sockets, target, device lancés on peut utiliser la commande systemctl, ce qui donnera :
:~$  systemctl
UNIT                      LOAD   ACTIVE SUB       JOB DESCRIPTION
dev-hugepages.automount   loaded active waiting       Huge Pages File System Automount Point
dev-mqueue.automount      loaded active waiting       POSIX Message Queue File System Automount Point
lib-init-rw.automount     loaded active waiting       Debian early rw Automount Point
proc-sys...misc.automount loaded active waiting       Arbitrary Executable File Formats File System Automount Point
sys-kern...ebug.automount loaded active waiting       Debug File System Automount Point
sys-kern...rity.automount loaded active waiting       Security File System Automount Point
. . .
dbus.target               loaded active active        D-Bus
getty.target              loaded active active        Login Prompts
graphical.target          loaded active active        Graphical Interface
local-fs.target           loaded active active        Local File Systems
multi-user.target         loaded active active        Multi-User
network.target            loaded active active        Network
remote-fs.target          loaded active active        Remote File Systems
sockets.target            loaded active active        Sockets
sound.target              loaded active active        Sound Card
swap.target               loaded active active        Swap
sysinit.target            loaded active active        System Initialization
systemd-...es-clean.timer loaded active waiting       Daily Cleanup of Temporary Directories
# couic #
LOAD   = Reflects whether the unit definition was properly loaded.
ACTIVE = The high-level unit activation state, i.e. generalization of SUB.
SUB    = The low-level unit activation state, values depend on unit type.
JOB    = Pending job for the unit.
#
113 units listed. Pass --all to see inactive units, too.

Pour connaitre seulement les services, ajouter l’option list-units -tservice :
~ $ systemctl list-units -tservice
UNIT                      LOAD   ACTIVE SUB     JOB DESCRIPTION
acpid.service             loaded active running     LSB: Start the Advanced Configuration and Power Interface daemon
alsa-utils.service        loaded active exited      LSB: Restore and store ALSA driver settings
atd.service               loaded active running     LSB: Deferred execution scheduler
avahi-daemon.service      loaded active running     Avahi mDNS/DNS-SD Stack
# couic # . . .

Pour lister uniquement les “sockets” :
~ $ systemctl list-units -tsocket
UNIT                      LOAD   ACTIVE SUB       JOB DESCRIPTION
avahi-daemon.socket       loaded active running       Avahi mDNS/DNS-SD Stack Activation Socket
dbus.socket               loaded active running       D-Bus System Message Bus Socket
. . .

Pour les “mounts”
~ $ systemctl list-units -tmount
UNIT                      LOAD   ACTIVE SUB     JOB DESCRIPTION
-.mount                   loaded active mounted     /
dev-hugepages.mount       loaded active mounted     Huge Pages File System
dev-mqueue.mount          loaded active mounted     POSIX Message Queue File System
lib-init-rw.mount         loaded active mounted     Debian early rw mount
. . .

Pour les “devices” :
~ $ systemctl list-units -tdevice
UNIT                      LOAD   ACTIVE SUB     JOB DESCRIPTION
sys-devi...da-sda1.device loaded active plugged     ExcelStor_Technology_J8160
sys-devi...da-sda2.device loaded active plugged     ExcelStor_Technology_J8160
. . .

Enfin pour les “targets” :
~ $ systemctl list-units -ttarget
UNIT                      LOAD   ACTIVE SUB    JOB DESCRIPTION
basic.target              loaded active active     Basic System
cryptsetup.target         loaded active active     Encrypted Volumes
dbus.target               loaded active active     D-Bus
. . .

Pour connaitre l’état d’un service particulier, par exemple pour le serveur ssh :
~ $ systemctl status ssh.service
ssh.service - LSB: OpenBSD Secure Shell server
Loaded: loaded (/etc/init.d/ssh)
Active: active (running) since Wed, 13 Apr 2011 08:26:29 +0200; 17min ago
Process: 848 ExecStart=/etc/init.d/ssh start (code=exited, status=0/SUCCESS)
Main PID: 996 (sshd)
CGroup: name=systemd:/system/ssh.service
└ 996 /usr/sbin/sshd

Pour arrêter ce service :

~ # systemctl stop ssh.service

~ # systemctl status ssh.service
ssh.service - LSB: OpenBSD Secure Shell server
Loaded: loaded (/etc/init.d/ssh)
Active: failed since Wed, 13 Apr 2011 08:45:43 +0200; 11s ago
Process: 2212 ExecStop=/etc/init.d/ssh stop (code=exited, status=0/SUCCESS)
Process: 848 ExecStart=/etc/init.d/ssh start (code=exited, status=0/SUCCESS)
Main PID: 996 (code=exited, status=255)
CGroup: name=systemd:/system/ssh.service

Pour avoir plus de détails sur le service ssh :
~ $ systemctl show  ssh.service
Id=ssh.service
Names=ssh.service sshd.service
Requires=basic.target
WantedBy=multi-user.target
Conflicts=shutdown.target
Before=shutdown.target multi-user.target
After=remote-fs.target syslog.target basic.target
Description=LSB: OpenBSD Secure Shell server
. . . . couic . . .

Si l’on veut afficher de manière récursive le contenu des groupes de contrôle, on utilisera la commande systemd-cgls.
~ $ systemd-cgls
├    2 [kthreadd]
├    3 [ksoftirqd/0]
├    4 [kworker/0:0]
├    6 [migration/0]
├    7 [watchdog/0]
├    8 [migration/1]
├   10 [ksoftirqd/1]
├   11 [kworker/0:1]
. . . couic . . .

Pour limiter au groupe dbus :
~ $ systemd-cgls systemd:/system/dbus.service
systemd:/system/dbus.service:
├  927 /usr/bin/dbus-daemon --system --address=systemd: --nofork --systemd-activation
├ 1059 /usr/sbin/modem-manager
├ 1068 /usr/lib/policykit-1/polkitd
├ 1079 /sbin/wpa_supplicant -u -s
├ 1252 /usr/lib/upower/upowerd
├ 1401 /usr/lib/udisks/udisks-daemon
└ 1402 udisks-daemon: polling /dev/sr0

Pour dnsmasq :
~ $ systemd-cgls systemd:/system/dnsmasq.service
systemd:/system/dnsmasq.service:
└ 896 /usr/sbin/dnsmasq -x /var/run/dnsmasq/dnsmasq.pid -u dnsmasq -7 /etc/dnsmasq.d,.dpkg-dist,.dpkg-old,.dpkg-new

Pour l’utilisateur cep :
~ $ systemd-cgls systemd:/user/cep/
systemd:/user/cep/:
└ 1c
├ 1250 /usr/lib/gdm3/gdm-session-worker
├ 1314 /usr/bin/gnome-keyring-daemon --daemonize --login
├ 1338 x-session-manager
├ 1370 /usr/bin/ssh-agent /usr/bin/dbus-launch --exit-with-session x-session-manager
. . . couic . . .

Si l’on veut avoir une interface graphique pour la gestion de systemd il faudra installer systemd-gui que l’on lancera ensuite par la commade systemadm pour avoir :


Enfin pour savoir comment configurer finement systemd, ajouter ou enlever des scripts on pourra se référer au wiki Fedora à l’adresse :
https://fedoraproject.org/wiki/Systemd

D’autres informations interessantes peuvent être trouvées sur le wiki d’Archlinux :
https://wiki.archlinux.org/index.php/Systemd

Sans oublier bien sûr la source de toutes documentations systemd, à savoir :
http://www.freedesktop.org/wiki/Software/systemd/TipsAndTricks
ainsi que :
http://0pointer.de/blog/projects/systemd.html
dans lequel Lennart Poettering, l’initiateur du projet en fait l’historique et le pourquoi de son développement.

Enfin pour une vue d’ensemble du processus d’initialisation on pourra visiter la page Debian :
http://people.debian.org/~osamu/pub/po4a/html/ch03.en.html

cep


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 88894

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.13 + AHUNTSIC

Statistique réalisée avec CrawlTrack: free visitors and crawlers tracking script- SEO script - script gratuit de statistiques web

Hébergement par l'autre net et ma propre infra.

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0